Pour un réseau de communication offrant
plus de protection et moins d‘ondes

Nous ne pouvons ni voir, ni entendre, ni sentir le rayonnement non ionisant (RNI). Et pourtant, il a des répercussions sur la vie. Dans la nature, il existe comme conséquence de l’activité solaire et géomagnétique ainsi que des décharges électriques atmosphériques. La recherche a établi des liens par exemple avec la fréquence des maux de tête ou des accidents de trafic.
Amplifié de plusieurs ordres de grandeur aujourd’hui, le RNI produit par la technique est omniprésent, partout où nous vivons et travaillons. Ses conséquences sont perçues par de nombreuses personnes. Beaucoup en souffrent au point de devoir s’en protéger, évitant les fortes charges dans leur vie quotidienne et quittant les logements fortement exposés à des rayonnements qui proviennent des antennes de téléphonie mobile ou du wifi.

POURQUOI CETTE INITIATIVE?

La liberté des un.e.s s’arrête où commence la liberté des autres.

De plus en plus de personnes en Suisse sont touchées par l'électrosmog, provenant notamment du rayonnement de la téléphonie mobile. Dans la structure actuelle du réseau, les espaces intérieurs sont alimentés et irradiés par les antennes situées à l’extérieur. Cependant, 80 % des communications dites mobiles n’ont pas du tout lieu de manière mobile, mais de manière stationnaire depuis l'intérieur – à la maison, au travail ou à l'école. C’est pourquoi les antennes rayonnent si fortement. A titre de comparaison, c’est comme si nous devions éclairer notre habitat avec des lampadaires de rue extrêmement lumineux. Or, les rayonnements non ionisants (RNI) devraient être traités comme d’autres substances toxiques. Jamais encore nous n'avons pu nous exprimer démocratiquement sur notre disposition à être irradié.e.s jour et nuit par des installations de téléphonie mobile.

«Si le rayonnement des antennes de téléphonie mobile n’avait plus besoin de traverser les murs de nos habitations, il serait possible de garantir une couverture réseau (Internet et téléphonie mobile) plus respectueuse de la santé et de l’environnement.»

Thomas Hardegger, ancien conseiller national, membre du comité d’initiative

QUE VOULONS-NOUS?

Meilleure connexion – Meilleure santé

L'objectif est de réduire considérablement l'exposition générale aux rayonnements pour les humains, les animaux et l’environnement. Nous voulons éviter que nos espaces vitaux soient traversés par des ondes et que notre système immunitaire s’en trouve affaibli. Le réaménagement d'un réseau de communication mobile cohérent devrait se conformer aux principes de la liaison radio la plus courte et de l'exposition la plus faible possible. C’est d’une solution durable et adaptée à l'avenir que nous avons besoin. La forte augmentation du volume de données digitales exige des technologies de transmission propres. La consommation d'énergie croissante doit également être freinée.

«Nous avons besoin de technologies mobiles qui permettent de protéger nos espaces de vie.»

Marcel Hofmannm, membre du comité d’initiative, MSEE  (Master of Science in Electrical Engineering)

QUE VOULONS-NOUS?

Couverture en téléphonie mobile et Internet – Séparation intérieur/extérieur

Dans les espaces intérieurs, le smartphone ne doit plus avoir à se connecter aux antennes situées à l'extérieur. Une restructuration appropriée du réseau peut répondre à cette exigence. L’élément principal est le raccordement à large bande de tous les bâtiments par câble, si possible en fibre optique. Ce raccordement au réseau fixe est rapide, sûr et peu polluant. Quant à la connexion à l'intérieur, elle s’effectue de manière filaire ou, à choix, sans fil, mais à très faible rayonnement. Ainsi, étant donné que les ondes ne doivent plus pénétrer à travers les bâtiments, l’intensité du rayonnement des antennes à l'extérieur et des appareils à l'intérieur peut être fortement réduite.

Il est important que le développement de la téléphonie mobile devienne une thématique nationale. Le lancement réussi de l'initiative SaferPhone en constitue le levier. Dès que les formulaires de signature seront prêts, le groupe d'initiative 5G Spiez descendra dans la rue.

Norbert Schmid, Groupe 5G Spiez

Nous utilisons des cookies et des technologies de suivi conformément à notre déclaration de protection des données afin de vous offrir la meilleure expérience Web. Vers la politique de confidentialité